mardi 17 avril 2018

Histoire du net. Auteur inconnu. Le goût du péché de lubricité...


Quelquefois, des rencontres difficiles
nous ouvrent des horizons inconnus...
Même pour  une gentille  dame BCBG...


Une prise en main bénéfique 
J'ai une amie un peu coincée, on a toutes des amies comme ça. Mais je la connais depuis le lycée, on s'entend bien même si des fois je la trouve un peu ennuyeuse. Elle est mariée depuis 10 ans, elle à deux enfants, comme son mari gagne bien sa vie, elle s'occupe d'eux à plein temps, ils sont le centre de son univers. Par contre, elle s'entretient, faisant 3 fois par semaine du jogging, ce qui fait qu'elle a des cuisses et des fesses particulièrement musclées. Elle n'est pas très grande, 1m65 je pense pour une cinquantaine de kilos, elle a 35 ans, brune à cheveux courts, toujours habillée de façon classique, chemisier boutonné jusqu'au cou, chaussure a talon plat et pantalon a pince.
Lorsque ses enfants sont à l'école, elle passe régulièrement boire un café chez moi, nous discutons toujours de nos maris comme souvent les femmes. J'étais sidérée de ce qu'elle me racontait sur leurs ébats sexuels. Ils faisaient peu l'amour, elle le prenait un peu en bouche pour le durcir puis il entre en elle, fait quelques mouvements et c'est fini ! Elle m'a même avoué qu'il était toujours un peu mou. Je me demandais comment ils avaient eu leurs enfants. C'était son 1er homme et pour elle, cette sexualité où je devrais dire cette « non-sexualité » était parfaitement normale. Je n'osais pas lui dire ce que nous faisions avec mon mari de peur de la choquer, j'acquiesçais donc à ce qu'elle me racontait.
Puis un jour, il va lui arriver une histoire qui va changer sa vie, lorsqu'elle me l'a racontée, j'étais sidérée ! Je n'en suis toujours pas revenue je dois bien l'avouer. Voici donc ce qui s'est passé un matin de printemps.
Elle avait posé ses enfants à l'école, c'était le jour de son jogging, un jeudi. Comme à chaque fois qu'elle allait faire du sport, les enfants déjeunaient à la cantine, elle avait donc le temps de courir tranquillement, de rentrer à la maison et de préparer le gouter des enfants. Elle avait pris sa voiture et son York, mit son survêtement gris habituel et s'était rendue dans son coin favori. Il y a peu de joggeurs en semaine, elle aimait être tranquille, cela lui convenait parfaitement. Elle a donc garé sa voiture, pris le chien avec elle, et elle a commencé son jogging, toujours le même parcours depuis 5 ans, elle n'en changeait jamais.
Ce jour là, le chien a dévié de sa course en sous-bois et elle l'a suivi, l'appelant pour qu'il revienne, mais il ne l'écoutait pas. Elle a donc accéléré sa course et est arrivée devant une cabane. Elle l'avait déjà vu de loin, mais elle n'avait jamais été la voir de plus près, fidèle à elle-même et ses habitudes de parcours. Cette cabane n'en faisait pas partie. son chien reniflait les alentours et elle allait l'attraper lorsqu'elle a été saisie par la taille par deux hommes, qui l'ont pratiquement jetée dans la cabane. Elle s'est mise à hurler, mais ils lui ont mis un foulard autour de la bouche pour la faire taire.
Dans la cabane, il n'y avait qu'une table, des bouts de bois, quelques outils et des sacs vides de pommes de terre sur le sol en terre battue. Ils l'ont plaqué au sol sur les sacs et l'un des hommes s'est assise sur elle pour la maintenir, elle se débattait, lançant ses jambes dans tous les sens. Celui qui n'était pas sur elle, lui a arraché ses tennis, puis son jogging puis il est venu devant et en la relevant lui a enlevé son haut, elle s'est retrouvée en sous-vêtements, les larmes coulaient sur ses joues. Ils ont commencé à parler. 
- Purée quel corps elle a cette salope, regarde moi ça comme elle est musclée, je bande déjà, j'ai envie de la baiser tout de suite. Elle doit être bonne. On va te dire un secret, ça fait des mois qu'on te regarde courir, on attendait l'occasion. Ton petit cul nous excitait et pas qu'un peu. Maintenant que tu es là on va pouvoir enfin le baiser ce cul.
Ils avaient l'air vraiment méchant, bien décidé à s'amuser avec son corps, elle était terrorisée. Celui qui venait de parler a sorti un couteau à cran d'arrêt et a coupé son soutien-gorge et son slip, elle était complètement nue. Celui assis sur elle a commencé à lui masser les seins fortement avec ses grosses mains, tirant ses tétons, son copain regardait en ricanant :
- Vas-y tire les biens ses petits nichons qu'ils pointent bien.
Il a ensuite aussi commencé à lui toucher la poitrine, très fortement, pinçant les pointes, malaxant à pleine main ses seins.
- Tiens la bien mon pote, j'ai envie de lui bouffer la chatte a cette salope, regarde elle a un tout petit minou, ça doit être délicieux.
Ma copine ne comprenait pas de quoi il parlait, « bouffer la chatte » qu'est ce que cela pouvait bien pouvoir dire, elle pleurait de plus belle. Elle a vite compris. L'homme au couteau est venu entre ses cuisses, les a écartées, les a posées sur ses épaules, et il a posé sa grosse bouche sur son sexe. Elle se débattait comme elle pouvait. L'autre homme lui a dit :
- Ne bouge pas, sinon on va être beaucoup moins sympa, on va te bouffer la chatte, après tu vas nous sucer pour nous remercier et t'as intérêt de bien le faire sinon ça va mal se passer pour toi.
La langue de son ami est entrée dans sa chatte qui n'avait jamais été léchée. Elle a sursauté sous l'assaut. La langue la fouillait entrant et sortant de sa chatte, il l'a léchée en remontant tout le long de son sexe, de bas en haut, puis il a écarté ses grosses lèvres encore mieux pour tout prendre. Elle pleurait toujours et l'autre homme assis sur elle, continuait de malaxer sa poitrine. Il l'a encore léché longuement, apparemment pas prêt de se lasser. Il lui titillait le clitoris, elle m'a avoué que cela lui faisait des drôles de sensations, mais elle était prise de terreur avant toute chose. Puis de longues minutes plus tard, celui entre ses cuisses a dit à son pote :
- À toi, viens la bouffer, tu vas voir c'est super son petit sexe, elle est super bonne, tu vas plus pouvoir t'arrêter.
Ils ont échangé leurs places, et l'autre homme lui a mis les jambes en l'air bien écartées et l'a léchée aussi. Il descendait bien plus bas, léchant aussi son anus, elle tremblait sous ses nouveaux assauts pour elle, mais elle espérait au fond d'elle qu'après ça ils allaient la relâcher. Il la léchait très fortement, appuyant sa grosse langue sur toute sa chatte, entrant dans son sexe, léchant le tour de son anus, elle avait l'impression que ça durait depuis des heures. Lorsque l'homme assis sur elle lui a dit :
- On va t'enlever ton foulard, si tu cries on te le remet et on t'attache, t'as bien compris ? Ensuite tu vas venir nous défroquer, pour bien voir les deux queues qui vont te baiser et tu vas nous sucer, c'est clair ?
Ma copine n'avait d'autre choix que d'acquiescer, il lui a enlevé son foulard et ils se sont mis debout devant elle, mais elle n'osait pas bouger, toujours terrorisée par ce qu'il se passait. Alors l'un des hommes l'a relevé son*son*son par le bras et lui a donné quelques belles claques sur les fesses, ça cinglait fort son derrière, elle pleurait de plus belle, mais elle s'est approchée des deux hommes, elle n'avait pas le choix.
- Allez viens la approches et enlève nos frocs, et dis moi comment il te baise ton mec, combien de fois par semaine ? Et t'as intérêt à répondre.
- Il me fait l'amour 2/3 fois par mois, elle pleurait en disant ça, tout en commençant d'ouvrir les boutons du jeans de celui au couteau
- Quoi, seulement, avec le cul que t'as, il s'étranglait de rire, et dis moi, tu le suces ton mec ?
- Un peu oui
- Comment un peu ? Tu avales son sperme quand même, il doit bien bander dur, les mecs ça aiment jouir dans la bouche des salopes comme toi.
- Nonnnnnnn je n'ai jamais fait ça, juste pour qu'il soit un peu dur.
Elle disait ça tout en finissant d'ouvrir son pantalon, puis elle l'a baissé le long de ses cuisses et elle a eu très peur. Pour la 1ere fois elle voyait un homme vraiment bander, bien dur, et surtout elle n'avait jamais imaginé qu'un homme puisse être si gros...
- Bon sang on a affaire à une nana qui a jamais sucé un mec à fond, j'imagine que le reste doit être pareil, il t'encule ton mec ?
- Nonnnnnn jamais de la vie
- Mon pote on a touché le gros lot, une vierge pratiquement intégrale. Ça va être le pied, purée elle me fait bander comme un cheval cette cochonne, occupe toi de déshabiller mon pote aussi, t'arrête pas en chemin.
Elle a été vers l'autre homme et a aussi ouvert son jean, il bandait dur aussi, pendant ce temps la son ami s'était complètement déshabillé en ricanant.
- Viens la, suces maintenant et applique toi bien, tu vas boire mon sperme.
Mon amie a voulu s'enfuir, mais ils l'ont rattrapé, et un des hommes l'a forcée à se mettre à genoux, celui qui avait coupé ses sous-vêtements a approché son gland de sa bouche, appuyant sur ses lèvres. Elle n'avait plus d'autre choix que de le sucer. Elle a ouvert la bouche et l'homme à enfoncer directement sa queue dans sa gorge. Elle a eu un haut-le-cœur, mais il est ressorti et elle a pu le lécher.
- Mieux que ça, applique toi, branle moi en même temps ma salope, que mon gland soit bien mis à nu, aspire aussi, et toi mon pote sort ton portable et appelle Jim, elle va nous donner du fil à retordre vu tout ce qu'il faut qu'on lui apprenne à cette salope. On ne sera pas trop de trois pour bien la limer dans tous ses petits trous, surtout celui qui est vierge. Non attend d'ailleurs j'ai une idée, appelle plutôt max, vu ce qu'il a entre les cuisses, elle va s'en souvenir longtemps comme ça de son limage de cul. Voilà, c'est mieux, allez encore, prends la à fond dans ta bouche.
Ma copine s'appliquait du mieux qu'elle pouvait, masturbant l'homme, lui décalottant bien le gland tout en tremblant. Elle venait de comprendre qu'elle ne serait pas relâchée de sitôt, qu'ils avaient l'intention de la prendre par tous ses trous et en plus ils avaient appelé un troisième homme.
- Elle va me faire jouir cette salope, elle s'y prend mal, mais purée que c'est bon quand même, active toi, plus vite sur ma queue.
Il a tenu sa tête, la faisant aller plus vite le long de son sexe, son pote, pendant ce temps était au téléphone et murmurait. Elle n'entendait pas la conversation. Puis d'un seul coup, il s'est raidi au fond de sa gorge, maintenant sa tête pratiquement sur son pubis puis il a joui dans sa gorge en râlant. Ma copine a cru étouffer. Lorsqu'il s'est reculé, elle a recraché son sperme pratiquement en vomissant. Il s'est mis en colère immédiatement :
- Tu vas le regretter ma salope, je t'avais prévenu, je vais te mettre une branlée et tu vas me re.sucer longuement jusqu'à tout avaler et si tu recraches encore, je t'en fou une deuxième.
Ma copine a hurlé de terreur, mais l'homme l'a attrapé par le bras et l'a jeté face contre la table, son pote avait raccroché et est venu l'aider. Celui qu'elle venait de sucer lui maintenait les reins sur la table avec une main de l'autre il l'a faisait taire en lui tenant la bouche.
- Vas-y mon pote, fou lui une danse, et applique toi bien, elle va voir qu'il ne faut pas plaisanter avec nous, après elle va mieux nous sucer la queue cette grosse salope.
Son ami a commencé à lui mettre des claques énormes sur les fesses, ma copine pleurait sous les coups, il a dû lui mettre une vingtaine de claques violentes sur son postérieur, lorsque celui qui la tenait lui a dit :
- Écarte tes cuisses si tu veux que ça s'arrête et tu vas être bien gentille maintenant comme une parfaite petite pute à notre disposition et tout se passera bien.
Elle a écarté largement les cuisses et celui qui la fessait, lui a appliqué une autre série de claque, mais sur sa chatte cette fois. Elle voulait crier, mais l'homme la bâillonnait toujours. Elle avait la chatte et le cul en feu. Mais elle a gémi !
- Bon sang, t'a entendu ça, la salope aime en fait, elle veut du lourd, qu'on la maltraite un peu, je m'attendais pas à ça. Va chercher le bout de bois là-bas, tu sais celui bien souple, elle va prendre une jolie correction, ça lui apprendra à pas avaler mon sperme, puis ensuite tu vas lui violer direct sa chatte à cette pute qui gémit de plaisir en plus, ça me laisse le temps de bien bander a nouveau.
Et d'un seul coup, elle a été littéralement fouettée par une badine souple qui lui cinglait les fesses et la chatte, et ma copine a tendu les fesses vers l'arrière, elle aimait ça ! Elle découvrait une sexualité qui lui plaisait et les coups sur son sexe en feu la mettaient en émoi. Il a dû lui appliquer pas moins de trente coups de badines, ricanant devant son cul rouge. Celui qui la fouettait a passé le doigt entre ses lèvres pour voir sa réaction :
- Elle commence à mouiller la garce, c'est, une sacrée cochonne qu'on a la en fait, je vais me la faire, je bande trop là.
Et d'un seul coup violent en la tenant par les hanches, il est entré entier dans sa petite chatte. Ma copine a eu l'impression d'être déchirée, jamais elle n'avait été prise comme ça. Un homme avec une belle queue bien dure et surtout bien raide. son ami la bâillonnait toujours. Il a commencé des allées et venues violentes, la prenant profondément, elle sentait ses couilles taper sur son clitoris. Elle se faisait limer pour la 1ere fois avec puissance jusqu'au fond de son sexe, elle sentait le gland de l'homme sur le col de son utérus.
- Tu la sens la queue de mon pote dans ta chatte, il te lime bien hein ma salope, tu ne connaissais pas ça, on va te montrer c'est quoi des vrais mecs, on va te sauter toute la journée comme la jolie petite pute que tu es. Tu vas voir mon pote quand il va arriver, tu vas crier pour quelque chose. On te réserve une belle surprise.
Et les paroles de l'homme l'excitaient, elle sentait qu'elle mouillait, cette puissance dans sa chatte violentée lui plaisait, elle adorait ça ! Il a enlevé la main de sa bouche. Elle ne criait plus, elle gémissait fortement, elle découvrait le plaisir sublime d'être limée par un mec puissant. Puis celui qui venait de libérer sa bouche a mis sa main entre ses cuisses à la recherche de son clitoris. Lorsqu'il l'a trouvé, il l'a malaxé durement avec plusieurs doigts ;
- Mais c'est vrai qu'elle mouille cette cochonne. On va t'en donner comme jamais de toute façon vu ce que te fait ton mec, tu dois être en manque. Tu prendras autant en quelques heures que ce que tu as pris en 10 ans de mariage et avec la manière. Allez lâches toi salope, viens jouir, je bande comme un taureau, je veux que tu me suces à nouveau et cette fois tu vas bien avaler mon sperme si tu ne veux pas une autre correction bien plus méchante que la 1ere.
L'homme entre ses cuisses la limait toujours avec application, entrant et sortant vigoureusement de sa chatte en feu, il haletait, il allait bientôt jouir. Mon amie a commencé à bouger son bassin, elle sentait l'orgasme arriver dans son ventre, elle allait jouir pour la 1ere fois ou presque. D'un seul coup, elle a tremblé et c'est en criant qu'elle a joui sous les doigts de l'homme et les assauts de celui dans sa chatte brulante. Il l'a limé encore un peu, attirant violemment ses hanches contre son sexe et il s'est figé au fond d'elle en râlant son plaisir.
- Allez t'endors pas ma salope, viens me sucer maintenant, et applique toi bien, que je te le redise pas. Accroupis-toi devant moi, cuisses bien écartées que mon pote puisse s'amuser un peu aussi.
Elle s'est exécutée et a saisi la queue de l'homme dans sa main. Elle s'est mise à le masturber et a englouti son gland bien dur. Elle a fait tourner sa langue autour. Il lui a saisi la tête pour lui donner le mouvement.
- Oui c'est mieux, tu apprends vite, branle moi bien la queue, aspire fort sur mon gland, mmmm c'est bon, continue comme ça, un peu plus vite.
Son ami avait passé une main entre ses cuisses et lui malaxait sans aucune douceur son clitoris gonflé et sensible, il entrait deux doigts en elle, la limant toujours fortement, puis repassait à son clitoris. Ma copine gémissait, elle aimait ce que les hommes faisaient subir à son corps pratiquement vierge de caresses.
- Allonge toi par terre, entre ses cuisses, bouffe lui la chatte à cette pute, elle va adorer ça, elle en redemandera encore. Et lime la bien aussi, fou lui trois doigts bien à fond, écarte bien sa petite chatte.
Son ami ne s'est pas fait prier, il s'est allongé et a passé sa tête entre ses cuisses largement ouvertes. Il a entré directement sa langue dans son vagin, buvant son mélange de jouissance et de son propre sperme. Ma copine a gémi sous l'assaut, elle y prenait vraiment goût. Puis il a entré trois doigts dans sa chatte, la limant puissamment tout en léchant son clitoris.
Elle a continué de lécher l'autre homme, il était infatigable, ses mâchoires commençaient à lui faire mal. Elle a accéléré ses mouvements de mains et de bouche, il a commencé à gémir de plus en plus fort.
- Vas-y, suce bien à fond, mmmm, encore plus vite tu vas me faire jouir ma petite salope, et avales bien tout mon sperme sinon tu vas morfler crois moi.
Il lui a imprimé un mouvement très rapide dans la bouche, celui entre ses cuisses la limait toujours avec ses doigts, il gobait son clito, le léchait, appuyant très fort sa langue dessus. Ma copine a senti qu'elle allait jouir de nouveau sous les coups de langue et le limage puissant de sa chatte. Puis enfin l'homme dans sa bouche s'est immobilisé, lui tenant la tête pour pas qu'elle bouge, il a joui en de longues giclées épaisses au fond de sa gorge :
- Avales cochonne, avales bien tout mon foutre.
Elle a tout avalé en même temps qu'elle jouissait sous les assauts de l'homme couché entre ses cuisses, il avait plaqué son sexe contre sa bouche, buvant sa jouissance pendant que ma copine avait le corps rempli de soubresauts.
- À moi maintenant, viens me sucer salope, mais avant je vais te remettre une correction pour être sur que tu as bien compris qu'il faut bien tout avaler.
Et ils l'ont remise contre la table, cul bien en arrière, jambes écartées, et les coups sont tombés sur son cul et sa chatte, mais il était évident que le 2e homme visait plus particulièrement son sexe. Il frappait dur, puis il a saisi la badine, lui appliquant une dizaine de coups bien ciblés, elle pleurait, elle avait la chatte en feu.
- C'est bien, je pense que tu as compris, tu vas me lécher les couilles et le cul, j'adore les petites langues sur mon anus. Et avales tout mon sperme sinon je te dérouille encore petite pute.
Il s'est allongé sur la table, pied posé dessus pour bien écarter ses cuisses, son pote a attrapé ma copine par le bras et lui a mis la tête sur le sexe de son ami.
- Suce le salope, prend son sexe dans ta main, branle bien, allez mieux que ça, si tu ne veux pas une autre correction. Descend vas lui lécher le cul, dépêche toi, applique toi, lèche son petit trou, tourne autour.
Ma copine s'exécutait en larmes, sa langue léchait le petit trou d'un homme, pour elle c'était impensable, ignoble. Elle le masturbait en même temps, remontant et engloutissant son sexe bien dur dans sa bouche. Elle s'appliquait bien, léchant sur toute la hauteur le sexe de l'homme, puis passant à ses couilles et à son anus. Elle m'a avoué qu'elle mouillait comme une folle, qu'elle avait encore envie d'être prise par un homme !
- Allez suce le bien, je vais te défoncer ta chatte pendant ce temps là, je vais te baiser comme la pute que tu es, suce bien mon pote, et n'oublie pas avales tout son sperme.
Il s'est introduit d'un seul coup en elle, lui violant de nouveau sa petite chatte qui n'avait jamais subi pareille intrusion. Il l'a limé violemment, fortement, haletant déjà sous les coups de boutoir qu'il lui mettait. Elle suçait toujours l'autre homme, se concentrant sur son sexe maintenant, il lui tenait fermement la tête, lui imposant un rythme rapide dans sa bouche.
Derrière elle, l'homme allait plus vite, elle comprit qu'il allait jouir. Puis au même moment, ils ont joui tous les deux, l'un au fond de sa gorge et l'autre dans sa chatte brûlante.
La porte s'est ouverte violemment, un homme est entré, un balèze métis. Il était impressionnant, très grand, costaud.
- Bon je vois que c'est bien commencé, il riait
L'homme au couteau lui a fait un topo de la situation, lui racontant qu'en fait elle aimait ce qu'ils lui faisaient, une parfaite petite pute qui ne le savait pas encore. Les termes crus et violents qu'il utilisait excitaient ma copine comme jamais ! Et il a dit ;
- Dis max, tu as ramené ce que je t'ai demandé ? Et t'a fait comme on a dit ?
- Bas ouais mon pote, il est dans mon sac, tu le veux tout de suite ? Et pour ce qu'on a dit je me suis branlé deux fois avant d'arriver, je tiens la forme pour bien baiser si tu vois ce que je veux dire.
- Parfait, tu vas pouvoir bien tenir le coup, c'est une sacrée salope, elle a besoin d'être bien fourrée. Et pour l'autre chose, pas tout de suite on verra après. Approches et viens sucer mon pote, tu vas avoir la surprise de ta vie, t'as déjà vu la queue d'un black. Il riait de bon cœur.
Ma copine s'est avancé vers l'homme, il avait baissé son pantalon et son slip, et elle à découvert une très grosse bite, mais encore au repos. Elle s'est reculée d'un coup, voulant s'enfuir devant cette vision, mais évidemment ils l'ont rattrapé.
- Je crois qu'elle n'a pas compris encore, va falloir une troisème trempe pour la calmer cette salope, mais elle adore ça.
- Non, je vous en prie, pas ça.
Elle pleurait de nouveau, mais elle m'a avoué qu'elle était sur excitée.
- C'est trop tard, tu dois être obéissante.
Et il l'a remise sur la table, ventre contre le bois, fesses en l'air. Et les coups sont partis tout de suite, c'était le métis qui le faisait, ses grosses mains claquaient sur son petit cul et il y allait de bon cœur.
- Ça t'apprendra à pas me lécher salope, mais rien que de voir ton petit cul je bande déjà comme un cheval, je vais te défoncer ta chatte et après ton petit cul de vierge, tu vas me sentir passer crois moi.
- Non, je vous en supplie pas mes fesses, on ne m'a jamais fait ça...
- Justement, tu vas adorer ça et moi j'adore les culs et il frappait toujours.
L'un des hommes avait passé sa main entre ses cuisses encore et la malaxait durement, son clitoris sensible lui faisant presque mal. L'autre homme lui tenait les reins plaqués sur la table pour pas qu'elle bouge et d'elle-même, elle a écarté les cuisses et tendue ses fesses vers l'homme.
La réaction ne s'est pas fait attendre, elle a reçu une vingtaine de grosses claques sur la chatte qui la faisait sursauter à chaque fois, elle haletait de plus en plus vite. L'homme au couteau a dit ;
- Max montre lui ta bite maintenant que tu bandes bien, qu'elle voit avant avec quoi tu vas défoncer ses trous.
L'homme est venu sur le côté de la table et mon amie a vu ! Un truc énorme, elle n'imaginait pas que cela pouvait exister, le gland était monstrueux, une longueur impossible à imaginer m'a-t-elle raconté, elle a suppliée :
- Non je vous en supplie c'est énorme, ça ne peut pas passer, non s'il vous plait, pas ça.
- Mais si ça va passer et jusqu'au bout, d'abord ta chatte puis ton cul et tu sais quoi, après ma salope on va te baiser à deux en même temps. On va te remplir et on va te limer longtemps, oui ça va durer très très longtemps, on a l'habitude des salopes comme toi. Mais la Max va t'ouvrir ton cul de vierge et pendant ce temps tu vas sucer mon pote.
Max s'est remis entre ses cuisses, et l'autre homme lui a présenté son sexe redevenu bien dur. Elle a gobé le bout de son sexe et elle a senti l'énorme gland forcer sa petite chatte. Elle a essayé de bouger pour enlever l'homme derrière elle, mais il l'a maintenu par les hanches, tout en poussant son gros sexe en elle. Le gland est entré d'un coup, elle a crié tout en ayant l'autre homme dans la bouche.
- C'est bon hein allez dis que tu aimes ça, une grosse queue en train de te défoncer la chatte, je vais le lécher tiens pour faire passer le morceau.
Et l'homme au couteau s'est agenouillé entre la table et ses cuisses et lui a léché le clitoris. Ma copine avait le corps qui tremblait, elle adorait se faire violenter par les trois hommes, jamais m'a-t-elle dit elle n'avait imaginé un truc pareil. Elle suçait vigoureusement l'homme dans sa bouche, pendant que le métis entrait sans faillir dans sa chatte, il poussait un peu puis ressortait pour entrer un peu plus, elle avait l'impression d'être remplie par plusieurs sexes à la fois tellement il était gros. Sa chatte s'ouvrait sous la poussée de la grosse queue, la faisant légèrement souffrir, mais elle adorait cette nouvelle sensation.
- Allez pousse un bon coup Max, bourre lui la chatte, t'es trop gentil là, faut la limer comme la petite pute qu'elle est derrière ses dehors de petite bourge. Défonce-la à grand coup avec ta grosse bite, lime la bien fort, bien au bout.
Et max à poussé d'un grand coup au fond de son sexe. Ma copine a crié, elle avait l'impression d'être déchirée, comme si elle prenait une bite en elle pour la 1ere fois, bien que vu ce qu'elle m'avait raconté avec son mari, c'était pratiquement ça. Et il l'a limé à grand coup de boutoir violent, entrant et sortant de sa chatte en feu, la fouillant profondément, sans faillir, sans changer de son rythme puissant. Elle léchait toujours l'homme dans sa bouche, il haletait en lui tenant la tête, il bougeait vite dans sa bouche, et entre ses cuisses, l'homme au couteau s'occupait tout aussi fortement de son clito, ne lui laissant aucun répit, tantôt le léchant avec sa langue bien appuyée, tantôt en le triturant avec plusieurs doigts.
- Ne jouis pas dans sa chatte Max, faut que tu t'occupes de son petit cul étroit à la cochonne.
- T'inquiète, je ne suis pas prêt de jouir, mais on va changer un peu la pose là.
Il est sorti de sa chatte brûlante, il l'a relevée et l'a couchée sur le dos sur la table, puis il a dit à ses potes :
- Tenez lui bien les jambes écartées, chacun d'un coté, je ne rentre pas assez loin la, faut que je lui viole sa chatte bien plus loin que ça, elle me sent pas la cette salope.
- Oui tu as raison mon pote, lime la encore cette pute, de toute façon vu comment elle mouille, on va encore jouer avec elle, une salope comme ça on la baise des heures.
Et lorsqu'elle fut bien écartelée, Max l'a saisie par les hanches et à littéralement violé sa petite chatte, ma copine a hurlé, l'homme au couteau l'a de nouveau bâillonnée. Il l'a pistonnée comme un fou, la fouillant, poussant toujours plus fort, il était très endurant, elle avait l'impression que ça durait depuis des heures, et il limait encore et toujours, ne s'arrêtant pas. Ma copine mouillait comme une folle.
- Purée elle est vachement étroite en fait, on ne dirait pas qu'elle a déjà été baisée, elle va me faire jouir cette pute, c'était Max qui parlait
- Non mon pote, change de trou elle est prête là, violes son cul qui a jamais eu de bite.
- Avec plaisir, on va la défoncer et après la surprise...
Ses potes lui ont écarté encore plus les cuisses si c'était possible, Max a ouvert ses fesses avec se mains et il a posé son énorme gland a l'entrée de son anus vierge. Et il a commencé à pousser pour son*** son petit trou, il appuyait fort pour passer sa rondelle toute neuve.
- Purée que c'est bon, elle est si étroite, tu le sens mon gland petite salope ? Je vais te violer le cul tu vas t'en souvenir toute ta vie, une énorme sodomie puis on va te baiser à deux, chacun notre tour dans tous tes trous. T'es prête ma salope, je vais pousser un grand coup, j'ai trop envie de te défoncer ce trou tout neuf.
Et il l'a fait !, d'une seule poussée extrêmement puissante, il lui a défloré entièrement le cul, son énorme sexe violant son anus étroit, sur toute sa longueur en un seul coup d'une violence inouïe. Ma copine hurlait sous le bâillon, mais elle était trempée, sa mouille coulait entre ses cuisses, elle adorait ce viol ou elle participait activement comme le prouvait ses jouissances et sa chatte trempée.
Et la sodomie a commencé, une sodomie qui a duré de très longues minutes, il la fouillait sans relâche, ressortant entièrement et la reprenant avec violence, lui ouvrant à chaque fois son anus si étroit. Un des autres hommes lui caressait son clito en même temps, appuyant bien fort dessus, le martyrisant, mais elle mouillait de plus belle, ondulant son bassin sous toutes ses sensations.
- Tu mouilles salope, tu mouilles comme la pute que tu es, tu le savais pas, mais tu aimes les grosses queues qui te son*son, qui te violent le cul et la chatte, tu la sens ma grosse queue hein, oui tu l'as sens bien, je te défonce ton petit cul comme une chienne c'est incroyable un truc pareil, je ne vais pas me lasser de toi, je vais te limer comme jamais. Enlève-lui son bâillon, elle va être bien gentille et je veux qu'elle me dise qu'elle aime que je la défonce.
Ces paroles d'une rare violence augmentaient, non décuplait son plaisir, elle adorait ça, elle se faisait littéralement violer l'anus par une énorme queue et elle en redemandait ! Un des hommes à baisser le foulard sur son cou, elle a crié son plaisir :
- Oui a-t-elle murmuré timidement, j'aime ça
- Mieux que ça, tu veux que je te remette une trempe ou quoi, allez dis « j'aime être violée par une énorme queue dans mon cul, j'en veux encore »
- J'aime ça oui...
- Tu l'auras cherché cochonne, je vais te fouetter la chatte avec la badine...
- Nonnnn, j'aime ça être violée par une énorme queue dans mon cul, j'en veux encore
- Voila, c'est mieux, tiens prend ça au fond de ton trou, je vais jouir, tu es trop bonne hannnnn
L'homme allait bientôt jouir, son râle augmentait, il haletait de plus en plus vite, il a accéléré comme un fou dans son cul étroit, la déchirant toujours plus, puis il s'est figé au fond d'elle et il a joui criant, restant immobilisé de longues secondes, bien plaqué contre elle. Ils ont relâché ses cuisses, elle pensait que c'était terminé, qu'ils allaient la relâcher, elle avait joui, elle était repue et elle avait adoré ça, mais elle se trompait lourdement...
- À nous maintenant de prendre son petit cul, mais vu comment tu l'as ouverte Max, c'est trop large pour nous, il riait de bon cœur tous les trois. Donne-moi la surprise Max qu'on lui montre, elle va comprendre la petite pute.
Et Max a sorti de son sac à dos, un énorme god avec un très gros gland qui avait des sangles, ma copine a écarquillé les yeux, c'était plus gros que celui qui venait de lui violer les fesses et la chatte. Elle s'est mise à trembler comprenant que trop bien la suite.
- Non je vous en supplie pas ça, il est vraiment monstrueux, je ne veux pas, laisser moi maintenant je dois allez chercher mes enfants.
- Les enfants, ça sort a 16h 30 de l'école, il est que 12h30, ça fait que 3 heures qu'on te saute, tu nous prends pour des cons ou quoi ? On va te violer encore, tu adores ça, fait pas ta mijaurée tu es trempée, je te l'ais dit qu'on allait tous prendre, tous tes trous.
Ma copine était mouillée, elle tremblait, mais c'était de plaisir en réalité, elle découvrait qu'elle était une sacrée cochonne, mais qu'elle ne le savait pas tout simplement.
Deux hommes l'ont saisie par les bras et l'ont rallongé sur la table, l'homme au couteau lui a remis un bâillon, et les autres lui ont écartées très largement les cuisses, la maintenant fermement pour ne pas qu'elle bouge.
- Tu es prête ma jolie petite pute, je vais te l'enfiler, mais dans ta petite chatte pour commencer, ça va rétrécir ton cul de salope, comme ça tu va être de nouveau très très étroite et mon pote et moi on va de nouveau le violer ton anus. Tu vas voir, tu auras l'impression que t'a jamais été enculée par la grosse queue de Max. Et quand on aura joui tous les deux, c'est dans le cul que je vais te le mettre, pour bien encore une fois que tu te fasses défoncer le cul par une énorme bite et Max va venir violer ta petite chatte qui sera toute étroite grâce au gros god bien au fond de ton cul.
Ma copine écarquillait les yeux, elle tremblait de nouveau, ce que lui racontait l'homme était hallucinant, mais elle mouillait encore plus si c'était possible. Et il a posé l'énorme gland à l'entrée de sa chatte brulante et il a poussé. Le gland avait du mal à se frayer un chemin, tellement il était imposant, ma copine subissait de nouveau un viol énorme, puissant dans sa petite chatte trempée.
- Ouvrez la plus les mecs, purée c'est dur, on n'a pas l'impression qu'elle a des mômes tellement c'est étroit, mais qu'est ce qu'elle mouille la salope. Tiens toi prête petite pute, je vais pousser pour entrer cette grosse bite dans ta chatte, tu vas la prendre à fond de toute façon, puis après je vais l'attacher à ta taille pour pas qu'elle bouge pendant que je vais te violer le cul, tiens prend ça, voila ça commence à entrer, tu la sens cette grosse bite qui te fouille, tu aimes ça, je te viole la chatte avec un truc énorme, monstrueux.
Ma copine criait sous son bâillon, l'énorme gland venait de la pénétrer, il était entré d'un seul coup, forçant sa chatte devenue très étroite sous l'énormité du god. Et il a continué à forcer son petit sexe, ses potes avaient écarté ses grosses lèvres pour mieux mettre à jour l'entrée de son vagin, et le god entrait toujours avec force et puissance. Il poussait dessus, puis le ressortait pour bien l'humidifier et le rentrais à nouveau plus loin à chaque fois, ma copine ondulait sous les coups énormes de ce sexe en plastique qui la violait plus que jamais, lui faisant redécouvrir son état de vierge. Et il limait encore et toujours, et à chaque fois l'énorme sexe gagnait du terrain, elle avait l'impression que ça ne finirait jamais tellement il était long et gros. Enfin d'un dernier coup puissant, elle l'a absorbée entièrement dans sa chatte qui la brulait tellement. Elle était écartée.
- Voila a dit Max, bien au fond de sa chatte de pute, attend avant de l'accrocher, lime la avec, on a le temps puis faut qu'elle en profite de cette belle bite, lime la bien, voila comme ça, sort le en entier et rentre le à fond jusqu'au bout sans t'arrêter, mmm, purée quel spectacle, regarde comme elle mouille cette salope, c'est incroyable elle est insatiable, quelle pute. Je bande comme un taureau, je vais adorer lui violer sa chatte étroite après, elle va savoir ce que c'est d'être dépucelée par une grosse bite, mais la je vais lui lécher son clito a cette salope pendant que tu la limes avec ce gros god.
Et il s'est penché vers son sexe complètement écarté dont le clito était bien visible et il l'a léché rapidement, sa langue jouant de la pointe sur son clito tout gonflé de désir. Pendant ce temps, l'autre homme la limait avec le gros god, poussant au fond de son sexe, ressortant pratiquement en entier, il l'a limé longtemps, il ne fatiguait pas, ma copine allait jouir sous les coups de langue et de boutoir du gros god.
- Vas-y ma salope, jouit, je vois que tu te contractes, prend ton pied, c'est le but, allez viens, jouit, laisse toi aller, tu veux que j'aille plus vite dans ta chatte hein, tu aimes ça, tiens voila, plus rapide, bien limée comme tu dois aimer, oui c'est bon je sais. Si tu es très sage, on va t'enlever ton bâillon, mais pas tout de suite. Mmm purée qu'est ce que je bande j'ai envie de ton cul la, allez jouit.
Il n'en a pas fallu plus pour que ma copine jouisse violemment, un nouvel orgasme venait d'arriver le long de ses reins, immense, puissant, elle criait sous son bâillon, son bassin ondulait comme un fou, elle était au 7e ciel.
Alors, l'homme a mis le god bien au fond de sa chatte violentée et l'a accroché à sa taille avec les lanières, puis il l'a fait descendre de la table. Elle n'arrivait pratiquement pas à bouger avec cette chose énorme au fond d'elle. Il lui a demandé de se mettre ventre contre la table, fesses bien cambrées vers l'arrière. Elle s'est mise comme il l'a demandé. Ses cuisses étaient largement écartées à cause du god en elle. Max lui maintenait les reins bien plaqués sur la table :
- Faut pas que tu bouges petite pute, je vais bien te tenir pour que mes potes puissent t'enculer bien fort, tu vas prendre ton pied. Après je m'occuperais de toi. Je vais te dépuceler ta petite chatte comme mon pote te l'as dit, avec le gros god dans ton cul, ça va être le pied, tu vas jouir comme jamais salope. Vas y défonce lui le cul, n'ai pas peur, je l'ai déjà bien ouverte tout à l'heure, vas-y franco, viole la bien fort, bien au fond, qu'elle déguste une belle double au fond de son cul étroit la pute. Non, mais je rêve regarde sa mouille malgré l'énorme god dans sa chatte.
Et l'homme au couteau a forcé son anus redevenu très étroit à cause du god figé au fond de sa chatte. Il est entré en deux coups jusqu'à la garde, violant son anus très étroit, il l'a limé à grand coup de boutoir, entrant et sortant sans relâche, longuement sur toute la longueur de son sexe.
- Putain je vais jouir en 2 minutes tellement elle est serrée, j'adore ça, enlève lui son bâillon, qu'on l'entende crier pendant qu'on lui viole son cul de pute.
Max lui a enlevé son foulard, ma copine a crié immédiatement, mélange de douleur et de plaisir, elle adorait ça.
- Dis le que tu aimes te faire défoncer le cul ma salope, dis le moi bien fort, aller je veux t'entendre.
- Oui j'aime ça, défonce moi le cul, défonces moi bien comme une grosse salope que je suis.
- Voila ça y est tu te lâches, tu es une bonne salope comme on les aime avec mes potes, tiens prend encore ça au fond de ton cul, purée je jouis....
Et il a joui en râlant, s'immobilisant au fond de son cul violenté. Il s'est retiré et son pote a pris sa place, il est entré d'un seul coup, bien au fond du cul de ma copine toujours bien serré. Et il l'a limé vigoureusement, il aimait les rythmes rapides, il l'a limé à chaque fois en poussant loin dans ses fesses, il râlait à chaque coup de boutoir qu'il lui mettait. Il allait jouir très vite, et effectivement en quelques minutes, il jouissait en criant.
Ma copine était épuisée, mais ce n'était pas encore complètement terminé, il manquait Max et son gros sexe. Ils ont enlevé les sangles qui maintenaient l'énorme god dans sa chatte et lui ont retiré. Elle a failli tomber, ses jambes tremblaient sous les assauts des hommes.
- Hé t’évanouis pas ma cochonne ce n'est pas fini, je n'ai pas joui moi et je vais te violer ta petite chatte je te l'ai promis, un vrai dépucelage comme t'a jamais eu. Tenez-la bien contre la table que je lui mette le god dans le cul à cette pute.
Les deux hommes l'ont maintenu contre la table, appuyant sur ses reins pour la cambrer au maximum. Max s'est approché et a appuyé l'énorme god contre son anus, il a poussé d'un coup et le gros gland l'a de nouveau déchiré. Elle était encore violée par une énorme queue dans son cul. Mais cette fois-ci elle disait son plaisir énorme, poussant à la rencontre du gros gland, bougeant son bassin. Max a décidé d'augmenter le rythme, il a ressorti le jouet et a poussé d'un coup entrant le gland. Ma copine criait sous chaque assaut, mais de désir violent et son***.
- Voila elle aime ça se faire défoncer par du gros calibre, regardez la, tiens prend ça dans ton petit cul étroit, tu la sens rentrer cette grosse bite, mmm, voila tu as pris au moins 10 cm la plus le gland, il en reste autant salope, je vais t'enculer comme jamais, personne ne pourra te refaire ça.
Et il poussait toujours, ma copine criait sous les coups de boutoirs qui forçait son anus, mélange de douleur et de plaisir, puis à son** de pousser, il a fini par entrer tout le jouet dans son petit cul. Elle était complètement écartelée par ce monstrueux sexe, il a attaché les sangles autour de sa taille et a demandé à ses potes de la mettre dos sur la table et de lui tenir ses jambes grandes ouvertes.
- Bâillonnez-la, je ne veux pas l'entendre cette chienne, je vais la dépuceler bien fort, quand je serais bien au fond, on lui enlèvera. T'es prête salope, car tu vas me sentir passer crois moi. Attends, je mets un doigt pour voir. Putain ce qu'elle est serrée, ça va être long, mais je vais faire attention, mais tu vas prendre ma queue entière dans ta toute petite chatte bien serrée par le gros god dans ton cul de pute. Tu vas adorer ça.
Et il a posé son sexe à l'entrée de sa chatte en feu, puis il a poussé, son gros gland forçant le passage de sa chatte très très étroite. Ma copine a poussé un cri sous son bâillon, c'était pire que ce qu'elle avait imaginé, mais d'un seul coup son corps s'est détendu, elle partait loin dans un nouveau pays de sensation. Elle adorait ce sexe énorme qui la forçait, l'homme prenait tout son temps, entrant lentement en elle, faisant le passage à son gros sexe et elle a ondulé le bassin, venant à sa rencontre.
- Voila, viens doucement ma coquine, tu es parfaite, on va y aller tout doux, tu aimes ça tu vois. Je ne vais pas te faire du mal, mais te faire jouir, laisse-moi guider doucement l'entrée de ma queue en toi.
Il devenait doux comme un agneau, il avait compris qu'elle aimait ça, il voulait lui donner du plaisir !
Il a continué très lentement sa progression, entrant petit à petit tout son gros sexe en elle, la limant doucement en de lent va et viens dans sa petite chatte en feu. Il a demandé aux autres de lui enlever son bâillon, qu'il voulait l'entendre jouir de plaisir. Dès que le foulard a été enlevé, elle s'est mise à gémir doucement, le plaisir montait en elle, par vagues successives. Elle se laissait guider par l'homme habile qui la pénétrait. Au bout d'un long moment, il est enfin entré en entier. Il s'est immobilisé en elle :
- Voila je suis tout au fond, je bouge plus pour que tu t'habitues, mais tu es si serrée que je vais jouir tout de suite, viens jouir avec moi ma toute belle.
Et il a commencé un lent, très lent mouvement dans son sexe, sortant à peine, l'un des hommes lui a caressé doucement le clitoris, et d'un seul coup, un orgasme violent, puissant est monté le long de ses reins. Elle a littéralement hurlé sa jouissance, les contractions de son vagin a fait jouir l'homme en elle sans qu'il ne bouge. L'homme s'est retiré doucement de son sexe, pendant qu'on lui caressait toujours très affectueusement le clitoris, la faisant revenir très lentement de sa jouissance. Ils lui ont enlevé aussi le god de ses fesses et l'ont nettoyé gentiment avec des lingettes. Ils l'ont bercé presque amoureusement, la laissant doucement reprendre ses esprits. Puis l'ont raccompagnée à sa voiture, lui disant combien ils avaient aimé lui faire l'amour, qu'elle pouvait revenir quand elle voulait si elle voulait, la porte était ouverte.
Aujourd'hui elle fait toujours son jogging, mais 2 jeudis par mois, son jogging fait un détour par la cabane dans les bois.

Aucun commentaire: