samedi 3 février 2018

Histoire du net. Auteur: Florian. Education.... Fin



De plus en plus loin...
De plus en plus soumis...
De plus en plus endurant!
Mon Maître
Fin

Je suis devenu totalement prisonnier de mon maître :
Ce titre veut tout dire… en effet, à l’heure actuelle je suis devenu prisonnier de mon maître car cette nuit j’ai eu la surprise avec un grand étonnement de voir mon maître débarquer dans ma chambre.
Il est environ 2h du mat lorsqu’une main qui me réveille en sursaut se plaque sur ma bouche et qu’une voix me chuchote :
- Chut…
Je le reconnais, et devant ma stupéfaction, il m’explique que durant le plan où il m’avait emmené cher les 2 lascars et qu’il m’avait confisqué mes fringues il en avait profité pour faire des doubles de mes clés. Après ces explications il s’est mis a cheval sur moi me bloquant les bras avec ses genoux, sortie sa bite et me dit:
- Aller pompe moi la teub salope…
Je ne pus qu’obtempérer en ouvrant ma bouche où il enfonça entièrement sa bite encore molle jusqu’au fond de ma gorge, comme à mon habitude j’ai joué de ma langue en l’enfonçant dans son prépuce jusqu'à ce qu’elle grossisse.
Une fois bien durcies il me bloqua les poignets derrière la tête avec ses mains et me défonça la bouche furieusement jusqu'à ce qu’il crache tout son sperme qu’il m’obligea à avaler.
Il a laissé sa bite dans ma bouche jusqu’à ce qu’il débande afin de la lui rendre propre (comme il dit) puis s’est relevé et m’a ordonné de me mettre sur le ventre, là il a sorti des menottes et m’a attaché les mains derrière le dos. Puis il a fouillé dans mon placard et à confisquer tous mes slips ne me laissant qu’un string me disant que maintenant il m’était interdis de porter des sous-vêtements et de ne mettre que celui qui me restait qu’en cas de besoins. De plus… dorénavant, j’ai interdiction de me toucher et de jouir, prétextant que ma bite ne doit servir à rien sauf pour pisser, sous peine de correction.
Il m’a détaché, m’ordonnant de m’habiller. Vite fait, j’ai pris un pull au hasard et enfilé un Jeans où il coupa les boutons de braguette et qu’il déchira aux fesses.
Nous sommes sorties et m’a conduit sur un lieu de drague en bordure de foret que je ne connaissais pas. Il s’est arrêté à un endroit et m’a ordonné de descendre de voiture.
- Cette nuit tu vas te poster là et tu vas faire la pute, mais cette fois ci ce ne sera pas gratis, peu importe les mecs que je t’enverrais, du moment qu’il me paye, ils pourront abuser de toi, donc t’as intérêt à être à la hauteur si tu ne veux pas recevoir une raclé t'as compris salope?
- Oui
Je me suis donc posté à l'endroit indiqué et j'ai attendu.
Peut-être 10mn après un mec s'est approché vers moi en me disant.
- C'est toi la putain du mac là-bas?
- Heu... oui...
- Ok alors viens par là...
Il m’a pris par le bras afin de rentré dans le bois et lorsque nous nous sommes arrêtés il m’a dit tout en sortant sa bite de son pantalon.
- Vas-y suce moi...
Je me suis donc mis à genoux, pris sa bite dans ma bouche et l'ai sucée, je sentais sa queue grossir au fur et à mesure et lorsqu'il fut bien raide il me prit par les cheveux pour me défoncer la bouche.
- Ouai... vas-y salope, suce bien.... ouai... hummmm...ho putain!!! T’es une bonne chienne toi hein?... ouai... vas-y...ton mac ne m'a pas menti... t'es une bonne pute toi...hummmm...
Il m’a défoncé la gueule jusqu'à ce qu'il me jouisse sur la figure en se branlant, puis il a rangé sa bite dans son fut et est reparti.
Je me suis donc relevé, me suis essuyé avec mon tee shirt et suis repartis à l’endroit où je devais rester.
Quelques minutes à peine, un autre mec vint vers moi pour se faire sucer suite à l'envoie de mon maître, on est donc allé a peu prêt au même endroit que le 1er mec, et me suis foutu direct à genoux.
j'ai baissé son jogging et pris sa bite dans ma bouche, contrairement à l'autre celui-ci ne disait rien, je n'entendais que des petit "humm humm"de plaisir, mais au bout d'un moment il m'a demandé de lui présenter mon cul.
je me suis donc relevé, me suis penché en avant en écartant les jeans déchirés afin de lui montrer mon trou, là il a craché sur ma rondelle et sur sa queue et me l'a présenté à l'entrée de mon trou en me l'enfonçant doucement, j'ai senti sa bite rentrer à fond avant qu'il ne me lime le fion, doucement d'abord puis de plus en plus vite.
je pense qu'il n'a pas voulu jouir trop vite car il s'arrêtait de temps en temps au fond de mon cul quelque instant avant de reprendre ses va et viens qui devenaient de plus en plus brutales, puis un mec est venu nous rejoindre, là mon enculeur me pris par les cheveux pour me relever la tête et l'autre a sorti sa bite pour me l'enfoncer direct dans ma bouche.
Je me suis donc retrouvé avec une bite dans le cul et une autre dans la bouche, mon enculeur me limait de plus en plus vite en poussant des "han... han..." jusqu'a ce qu'il me largue sa purée dans mon cul.
Il resta un moment au fond de moi puis c'est retirer et est reparti me laissant avec le 2e que je suçais encore qui m'encula ensuite à son tour. Il n'eut pas trop de mal a rentré dû au foutre du 1er qui lui as servie de lubrifiant. Il me largua, lui aussi tous son jus dans mon trou avant de repartir.
J’ai été rejoindre mon poste lorsque mon maître vint à ma rencontre.
- Enlève ton jean salope...
J’ai donc enlevé mon pantalon qu'il me confisqua pour repartir avec à sa voiture me laissant comme ça, cul nu en tee shirt et en basket (grande humiliation que de se retrouver ainsi...).
Les mecs se sont succédés ainsi, envoyer par mon maître afin de leur servir de vides couilles et de trou à bites. J’ai reçu du sperme sur la figure, mon tee shirt, et dans mon cul tout au long de cette nuit.
J’ai fait la pute pour une 15e de mecs avant que mon maître me ramène chez moi, avec pour consigne de me coucher sans me laver.
oooOOOooo
Les bons vœux de mon maître :
Hier samedi 6 janvier 2016 je reçois un mail de mon maître :
« Je passe te chercher à 20h, on va fêter la nouvelle année comme il se doit soit prêt salope »
Comme a l’accoutumé je me prépare, (rasage, lavement de mon cul, douche) il est 19h55, je descends pour l’attendre, a 20h pétante il arrive, je monte dans la voiture, sa bite a l’air en semis érection il me demande de dire bonjour a sa queue, je me penche pour l’embrasser mais au moment de me relever il me retiens la tête en me disant :
- Avale là salope…
Je prends donc sa bite dans ma bouche et commence à le sucer, lorsqu’il me dit :
- Non… garde là dans ta bouche salope et joue avec ta langue…
Puis il démarra la voiture pour je ne sais ou, une main sur ma tête, une main sur le volant.
Sa bite ancrée dans ma bouche j’enfonçais ma langue dans son prépuce pour y atteindre le bout de son gland, que je sentais gonflé de plus en plus, une fois sa bite bien raide et sentant que je m’étouffais, il relâcha sa prise mais tout en me tenant par les cheveux il m’obligea a faire coulisser ma bouche sur sa tige, le sentant au bout de l’orgasme j’ai cru qu’il allait jouir dans ma bouche mais il n’ en fit rien et m’ordonna d’abaisser complètement mon siège, de baisser juste mon pantalon et de me mettre a 4 pattes.
Peut-être 5/10mn après il se garait sur un parking d’un hôtel puis il vint se placer derrière moi, crachat sur ma rondelle et sur sa queue et m’encula, il était tellement excité qu’il ne me lima pas plus de 2 ou 3mn avant d’y déverser tout son foutre dans mon cul, il resta un bon mon moment ancré dans mon cul jusqu'à ce qu’il débande et se retira en m’ordonnant de garder sa semence en moi.
Nous sommes descendus de voiture et pris une chambre dans l’hôtel.
Il m’ordonna de me déshabillé et m’attachât sur le lit : sur le dos, les bras en croix mes chevilles relier aux poignets laissant ainsi mon trou du cul bien en vue, il me plaça un bâillon gode dans la bouche et un bandeau sur les yeux. Puis il me dit :
- Cette nuit ton cul va souhaiter la bonne année à toutes les bites qui y rentrera…
Et en effet, comme pour tester la position dans laquelle j’étais il m’encula une seconde fois, je du me rendre a l’évidence que je ne pouvais ni bouger, ni voir, ni crier. Il me défonça le cul sans ménagement jusqu'à me déverser encore une fois son foutre dans mon cul me disant que son sperme servirait de lubrifiant aux autres mecs, puis il me plaça un Plug dans le cul afin que son foutre ne puisse pas s’échapper.
Ensuite je l’ai entendu passer plusieurs coups de fil, en disant :
- Salut… c’est bon… on est arrivé… on est a l’hôtel… je t’attends… ouais… ok pas de problème…elle est comme je te l’avais promis…ok… ciao, a tout…
Puis s’adressant à moi.
- Bon aller, j’ te laisse, j’vais aller bouffer un morceau, y a un mec qui arrive dans 5 mn.
En effet quelque mn après qu’il soit partis me laissant dans cette position j’ai entendu la porte s’ouvrir, ne pouvant ni voir ni parler, j’étais a l’affût du moindre bruit, le mec n’a pas décrocher un mot sauf un « woua !» lorsqu’il a du me voir dans la position ou j’étais, puis je l’ai entendu se déshabillé, monter sur le lit et entrepris de retirer le Plug, sous un soubresaut de ma part il me dis en me claquant le cul :
- Bouge pas salope… reste calme…
Puis j’ai sentis sa bite rentrer dans mon cul bien lubrifier par le foutre de mon maître et me défonça jusqu’a ce qu’il jouisse et est repartis comme il était venu sans oublier de me remettre le Plug dans mon cul.
J’ai reçu des coups de bites et servi de vides couille cette nuit a au moins 10/12 mecs, certain m’ont enlevé mon bâillon pour que je les suce avant de m’enculer, d’autre ne se sont pas préoccuper de mon cul mais juste de ma bouche en se vidant dedans, il y a même un couple qui est venu que j’ai du sucer avant qu’ils ne m’enculent chacun leur tour.
Il était environ 5h du mat lorsque mon maître vint me rejoindre, il me retrouva le corps, la figure et le cul recouvert de sperme et bien que sa consigne a tout ces mecs étais de remettre après leurs passage le Plug dans mon fion il y découvrit un cul bien ouvert et béant, le Plug n’y tenant plus.
Il me détachât, me fit me rhabiller et me ramena chez moi.
Bonne année a tous.
oooOOOooo
Tourné par mon maître dans une épicerie :
Il y avait un moment que je n’avais plus de nouvelles de mon maître depuis ce fameux 6 janvier et voilà que je reçois un mail :
« Salut salope, je passe tout a l’heure attends moi a poil »
Curieusement il ne m’avait pas donné d’heure, mais comme maintenant il a les clés, il peut venir a tout moment. Je me prépare donc à le recevoir à poil comme ordonner et vaque a mes occupation en attendant.
1 heure passe et toujours personne, ayant un peu froid j’enfile un tee shirt histoire de me réchauffer un peu. 20 heure toujours personne, 20h30 j’entends une clé dans la serrure et la porte s’ouvrir, c’est lui…
Je me précipite devant lui à genoux, prêt à lui enlever ses chaussures et lui embrasser ses pieds comme pour le « vénérer » comme il le demande. Malheureusement, chose impardonnable, j’ai gardé mon tee shirt…
- Je t’avais dis de m’attendre à poil salope…
Tout en enlevant aussitôt mon tee shirt je lui demande de me pardonner en lui disant que j’avais un peu froid en l’attendant et continue à le déchausser. Une fois pieds nus je les lui les lèche et me dis.
- Tourne-toi salope et tends-moi ton cul…
Pensant qu’il voulait m’enculer direct j’obéis, a 4 pattes, les coudes au sol, mon cul et mes cuisses bien écarter face a lui, j’entends qu’il commence à déboutonner son pantalon et enlever sa ceinture qui est venu s’abattre sur mes fesses. Surpris par le coup, je ne pus m’empêcher de crier par la douleur.
- Ferme ta gueule salope...
Puis un 2eme coup vint s’abattre sur mon cul.
- Je t’avais dis de m’attendre à poil putain…
- Pardon maître… pardon…
Malgré mes pardons et mes sanglots je reçus une 10ene de coup de ceinture sur mon cul tout en serrant les dents.
- Bien… maintenant que tu as reçu ta correction suce-moi la bite avant que je t’encule…
Je me suis donc retourné, défais les boutons de son pantalon, baisser son slip et pris sa bite dans ma bouche qui était déjà bien raide et le suça.
Sa bite bien baveuse par ma salive il m’ordonna de me retourner et m’encula jusqu'à ce qu’il jouisse dans mon cul en me disant de garder son foutre. Là… il se rhabilla et m’ordonna de m’habiller.
Vite fait j’enfilai un pantalon et un tee shirt me chaussa de baskets, pris mon blouson et sommes partis en voiture. La route ne fut pas bien longue, il s’arrêta et me conduisit dans une petite épicerie arabe, il m’ordonna d’attendre a la porte et alla discuter avec le patron qui était a la caisse, quelques seconde après il me fit signe de le rejoindre et m’ordonna de passer derrière la caisse et de sucer le patron, l’endroit était vraiment exigu mais je réussi à me caler sous la caisse.
J’ai donc débraguetté le patron, lui sortie sa bite encore molle et le suçai, sa queue gonfla rapidement à en devenir raide, en moi-même je me suis dit « tant mieux… s'il bande aussi vite c’est qu’il est très excité et qu’il va vite jouir, et plus vite il jouira, plus vite je pourrais me relever de ce coin »
Mais tout d’un coup la porte de la boutique s’ouvrit et un client rentra, j’arrêtais donc ma suce mais le patron ne l’entendait pas comme ça car il fit des va et viens dans ma bouche comme pour me dire de continuer.
Je repris donc ma suce tout en me faisant bourrer la gueule par ses coups de rein, quelques instants après il arrêta ses va et viens tout en me laissant sa bite ancrée dans ma bouche, et d’un seul coup me largua tout son foutre, ma tête coincée sous la caisse et contre le mur je ne pouvais plus bouger ce qui m’obligea à tout avaler.
Sa bite resta plantée dans ma bouche jusqu'à ce que le client vienne régler ses achats et une fois partis se retira, il se dégagea pour que je puisse me relever, mon maître était toujours là et m’emmena dans l’arrière-boutique qui servait de réserve.
La pièce était dans le noir, seul le néon carré « sortie de secours » servait d’éclairage
- A poil salope…et plus vite que ça…
Vite fait je me suis dessapé, mais il m’ordonna de garder mes baskets.
- A genoux et mains derrière le dos…
Il me menotta et partit avec mes fringues me laissant seul. L’attente ne fut pas longue car la porte s’ouvrit et pu apercevoir un mec rentré, sans rien dire il dégrafa son pantalon et me colla sa bite sous le nez.
- Aller…vas-y… taille moi une bonne pipe…y parais que t’es une bonne petite pute…
Alors j’ouvris la bouche et pris sa bite.
- Humm… ouai… pas mal… c’est vrais qu’tu suces bien salope…humm… ouai…vas-y…aller pompe moi bien petite salope…
Puis il me prit par les cheveux et me bourra la gueule pendant un petit moment avant de me relever et de m’allonger sur un sac de patates, il se mit à genoux, m’écarta les fesses et y introduisit un doigt, mon cul lubrifier par le sperme de mon maître n’eu aucun mal a rentrée qu’il en méta un 2eme.
- Putain !!!… t’es vraiment une bonne chienne à c’que j’vois… regarde moi ça… ça rentre comme dans du beurre… tu t’es déjà fais défoncé le fion apparemment !!!…hein salope !!!…ta chatte est bien mouillée…
A ces mots il retira ses doigts qu’il remplaça par sa bite, qu’il m’enfonça jusqu’aux couilles, une main sur mes hanches et l’autre me tirant les cheveux en arrière, il me laboura le cul comme un forcené tout en gémissant et me claquant les fesses.
- Han…han…han… tiens… prend ça salope… t’es une pute de choix sale enculé…haaa…putain !!! Quelle chatte !!!…humm…ouai…
Puis dans un grand râle, il me largua son foutre au fond de mon cul, il y resta un petit moment et lorsque sa bite commençait à débander il se retira, me remit à genoux face a lui et toujours en me tenant par les cheveux me dit :
- Aller chienne… maintenant nettoie-moi ça…
Devant mon refus, il me pinça le nez pour que j’ouvre la bouche et m’y enfonça sa bite de force, sa queue était encore chaude par l’intérieure de mon cul et gluante de foutre, je l’ai donc sucé pour le nettoyer en y récupérant les quelques goute de sperme qui en sortait encore, sa bite devenue molle il se rhabilla et sortis.
Un peu fatigué quand même par cette baise et le cul en feu dégoulinant de foutre je me suis assis sur le sac de patates et attendu.
J’entendais des voix venir de la boutique et la porte de la réserve s’ouvrit sur un grand mec jeune habillé en djellaba, il referma la porte et vint me rejoindre.
Curieusement il m’enleva mes menottes et me demanda d’une voix douce de me mettre à 4 pattes, enfin délivrer je ne me fis pas prié et me mis en position, il se déshabilla et se planta devant moi, sa bite était longue épaisse recouverte d’un long prépuce et ne bandait pas encore, là tout en me demandant gentiment il me dit :
- Vas-y lèche mon saucisson…
Étonné par sa douce voix, je me suis dit « enfin ! Un mec doux… »
Mais grosse erreur car croyant lui faire plaisir, je pris sa bite dans une main et ouvrit ma bouche pour le sucer et voilà qu’il me flanque une gifle et me dit d’un ton plus sec :
- J’ t’ai dit de lécher… pas de sucer salope… tu sors ta langue et tu m’lèches la bite comme un chien… tu laisse tes mains par terre compris ?
Alors comme un chien je l’ai léché plusieurs fois en commençant par le bout de son prépuce et remontant le long de sa queue.
Sa bite commençait a gonfler et commençait a mouiller, je suçotais comme un biberon le bout de son prépuce pour en récupérer sa mouille, alors il prit sa bite en main et sans se décalotté me demanda d’y fourré ma langue a l’intérieure jusqu'à y rencontrer le bout de son gland. Ma langue rentrait sans problème tellement il mouillait.
Ce mec prenait son pied comme ça car il ne mit plus bien longtemps à bander, une fois sa bite bien raide je devais lui lécher ses couilles et sa queue, a aucun moment il se décalotta pour que je lui lèche le gland.
Puis la porte s’ouvrit sur un autre mec, sans y prêter attention afin de ne pas me prendre une baffe (on ne sait jamais…), je l’entendais se débraguetter et y sortis uniquement sa bite déjà bien gonflé, il parla en arabe avec le jeune mec que je léchais qui lui laissa sa place pour que je le suce un peu a son tour.
Une fois satisfait de ma suce il se retira, se plaça derrière moi et m’encula d’un coup sec sans même se défroquer, le jeune mec repris sa place et cette fois-ci m’engouffra sa tige dans la bouche, toujours a 4 pattes, j’avais des coups de rein de mon enculeur et de mon sucé.
Je me fis labouré par les 2 trous pendant une bonne 10ene de MN lorsque mon enculeur se retira vint se placé à coté du jeune mec que je suçais encore et se branla pour venir jouir sur ma figure, je reçu des giclés de sperme sur la joue, les cheveux, partout…
Son jus était tellement abondant qu’il ne s’arrêtait plus, du foutre atterrissait sur la bite que je suçais ce qui la lubrifia encore plus, ma langue mélanger de salive et de foutre fourrageais de plus en plus facilement le long prépuce lorsque je senti un liquide chaud et épais me remplir la bouche par spasme. Me tenant la tête il m’obligea à boire ses flots de sperme mais il y en avait tellement que je ne pu tout avaler et donc ressortais de ma bouche. Les 2 mecs se sont rhabillé et sont repartis.
Mon maître est revenu quelques instant après et me voyant ainsi couvert de foutre il me balança mes fringues a la figure et me dit :
- Aller putain… rhabille toi on rentre…j’ai gagné ma soirée…
Je me suis donc rhabillé et sorti de la réserve. Les mecs qui m’avaient baisé était encore la assis autour d’une petite table en train de boire leur thé, tout en me regardant avec un sourire moqueur.
- Salut les mecs et merci dit mon maître en partant
- Salut man… tu reviens quand tu veux avec ta pute…
- Ok… pas de problème… ciao.
- Salut la putain…
Mon maître ma raccompagner en bas de chez moi et me dit avant de me faire descendre de voiture.
- Bravo salope… t’es une bonne chienne et une bonne petite pute…je commence à me faire des couilles en or avec ta bouche et ton cul… je m’demande si je n’vais pas te foutre sur le trottoir un de ces 4…aller… maintenant va te laver tu sens le foutre a plein nez…et la prochaine fois que j’te dis de m’attendre ou d’attendre quelqu’un a poil, c’est a poil, sinon tu descendra de chez toi jusqu'à la voiture a poil t’as compris ?
- Oui maître.
OooOOOooo
Une 2eme tournante par mon maître :
15 jours se sont écoulés après ma tournante dans l’épicerie que mon maître à décider de recommencer mais cette fois ci dans un autre milieu.
C’était un samedi après midi aux environs de 16 heure que mon maître est venu me chercher.
Arrivé sur l’autoroute, il m'a ordonné de baisser mon pantalon et de le sucer.
J’ai donc baissé mon jean’s, ouvert sa braguette sortie sa bite encore molle et me suis mis à la téter jusqu'à ce qu’elle grossisse, comme à son habitude il ralentissait à la hauteur des camions afin que l’on me mate bien le cul a l’air en train de le pomper.
Après environ ¼ d’heure de suce sans m’arrêter, il finit par jouir dans ma bouche tout en me tenant la tête pour que j’avale sa semence et suis resté ainsi, sa bite ancrée dans ma bouche jusqu'à ce qu’il débande afin de récupérer les dernières gouttes de sperme, puis je lui ai remis tout son service 3 pièces en place et me suis rhabiller a sa demande.
1 heure de route après nous nous sommes arrêtés dans un endroit désaffecté où se tenais une espèce de maison taguée de partout, nous sommes rentré et pris l’escalier pour monter a l’étage, arrivé au 1er il a frappé a une porte ou on lui a dit d’entrée mais il me dit.
- Toi tu attends là…
- Salut les mecs…j’ai le colis…
- Salut… Ok fais entrer…
D’un claquement de doigt il m’ordonna de rentrée dans la pièce où se tenais 5 mecs du style skinhead, une bière a la main et dans l’autre une clope dont certains fumais de l’herbe, assis sur un canapé et des fauteuils troué. L’un deux se leva qui sans doute devait être le leader car il dit a mon maître.
- Ok tu connais notre accord ?...
- Ouais ouais… pas de PB… je vous le laisse, … il est à vous…
Puis mon maître est reparti me laissant seul avec eux.
Là le mec me dit sur un ton méchant et méprisant.
- Ok mec, nous on n'est pas du tout branchés mec, mais plutôt du style meuf à tringler comme une pute, mais ton mac nous a dit que tu étais une bonne putain, alors on va faire abstraction à ta bite et te considérer comme une meuf, t’as donc intérêt à être bonne et faire ce qu’on te dira de faire sinon je te coupe la bite et les couilles… t’as compris ?
- Oui monsieur…
- Ok alors désape toi et met toi a genoux et en vitesse…
Je me suis exécuté sans broncher et il eut l’air satisfait de me voir ainsi épilé de la tète aux pieds comme une meuf. Puis il s’approcha de moi sortie sa bite de sa braguette et me la présenta devant ma bouche.
- Aller vas-y… au travail… montre moi ce’que tu sais faire salope…
J’engloutis donc sa bite dans ma bouche et la fit grossir, puis tout en me tenant la tête il me défonça la gueule jusqu'à me jouir dedans.
Il se retira de ma bouche, rangea sa bite, alla se rassoire et vint le moment de mon humiliation.
J’ai dû lécher les bottes de cuir de tout le monde afin de les lustrer avec ma langue puis il ma ordonner de me branler devant eux 2 fois pour en extraire mon jus, une fois à genoux et une autre fois debout, j’ai eu toute les peines du monde à éjaculer la 2eme fois mais j’y suis quand même arriver.
A son ordre je me suis mis a genoux puis un mec est venu vers moi, a sortie sa bite et me l’as enfourné dans ma bouche, je me rappelle bien de sa bite car bien qu’elle n’était pas bien grande ni trop épaisse, elle était bien veineuse et dure comme du béton et très endurante car il a mis un certain temps avant de jouir. Puis les autres mecs se sont succédés et sont venu autour de moi me présentant leurs queues à sucer pour se vider soit dans ma bouche soit en se finissant en se branlant sur ma figure.
Leurs couilles bien vidées ils se sont remis à boire de la bière et fumer me laissant dans un coin sans m’adresser la parole comme si je n’existais pas.
Au bout d’environ 1 heure l un des mecs vint me voir et sans rien dire sortie sa bite et me pissa dessus, puis il me dit.
- Aller…suce putain…
Je n’avais donc d’autre choix que d’ouvrir ma bouche et de sucer cette bite et lui en extraire son jus une 2eme fois, là les autres voyant la scène sont venu, eux aussi pour me présenter leurs queues à sucer et 3 d’entre eux m’ont enculé, me défonçant le cul comme une femelle en m’inondant de leurs foutre.
Mon maître est revenu me chercher sur un appel téléphonique du leadeur pour me ramener chez moi mais sur la route, il c’est arrêter sur un parking afin d’inspecter mon cul béant remplis de foutre, là il m’ordonna de le sucer et m’encula à son tour.
Nous avons repris la route et me déposa devant chez moi.
oooOOOooo
Week-end avec mon Maître
Voila un moment que je n’avais plus de nouvelles de mon maître lorsque je reçu un mail :
« Salut salope, je viens te chercher, nous allons passer le W.E ensemble, attend moi a poil avec ton Plug dans le cul »
Comme la dernière fois, il ne m’avait pas précisé son heure d’arriver et me souvenant de ses coups de ceinture sur mon cul car j’avais gardé un tee-shirt j’ai scrupuleusement exécuté son ordre. Donc passage obligé par la salle de bain pour un bon lavement et un rasage en bonne et du forme. Une fois prêt je me suis graisser le cul et mis en place mon Plug. N’ayant pas touché a ma bite depuis un certain temps ça ma tout de suite fait bander mais pas question de me branler car cela m’est interdit.
1 heure passa et toujours personne, je résistais tant bien que mal a ne pas me soulager la queue en pensant a autre chose, j’arrivais de temps a autre a débander mais pas complètement et re-bandais de nouveaux.
Cela faisait 1 heure 30 que j’attendais lorsque mon maître arriva enfin. en entendant la clé dans la serrure (comme une bonne chienne soumise) je me suis précipiter devant la porte et me mis a genoux mains sur la tête et les yeux baiser pour l’accueillir, je lui enlevai ses chaussures et ses chaussettes afin de lui embrasser et lécher les pieds en guise de bienvenu.
Mon accueille fut satisfaisant pour lui et remarqua ma bite en semis érection qui mouillais par l’excitation.
- Et ben ma salope… tu mouille on dirait….
- Oui maître.
- Ça fait combien de temps que tu ne t’es pas vidanger les couilles ?
- Depuis notre dernière rencontre, c'est-à-dire 1 mois environ.
- Ok alors va au fond du couloir à genoux cuisses écartées comme une bonne petite putain et attend moi…
Pendant qu’il se dirigea vers la cuisine je me suis poster à l’ endroit indiquer et attendu, il revint avec un verre et me dit.
- Ok maintenant tu as 2 mn pour te branler et juter dans le verre…
Quelle aubaine !!! J’allais enfin pouvoir me vider les couilles, ce que je fis sans plus attendre et éjacula dans le verre.
Contre toute attente, pensant qu’il allait me faire boire mon jus il m’ordonna de me mettre sur le dos en basculant mes pieds derrière la tête, là, il m’enleva le Plug, et mon trou bien ouvert par celui-ci il y déversa le contenu du verre dedans et replaça le Plug.
- Ok maintenant on va devoir y aller car on a un peu de route à faire…
Il alla me chercher de quoi m’habiller et pour tout vêtement il me donna mon short coupé au ras du cul (qui laisse découvrir ma bite et mes couille lorsque je m’assoie) et un tee-shirt, j’enfilais mes baskets et sommes partis.
Au bout d’environ 1 heure de route sur une petite route de campagne il s’arrêta dans un petit chemin.
- Aller fous toi a poil, balance tes fringues derrière et poste toi devant la voiture…
Je me suis exécuté et il vint me rejoindre, là il me menotta les mains derrière le dos, m’attachât les couilles avec une ficelle et me traîna par cette ficelle sur ce petit chemin, après 2 mn de marche il attachât l’extrémité de la ficelle a un petit arbre et me fit mettre a genoux. Il sortit sa bite et me la fit sucer.
- Aller suce salope…
Pendant que je le suçais il prit son portable composa un NO et l’entendit dire.
« Salut mon pote, comment va ?... Ok super !!! Bon… on est bientôt arrivé… on sera là d’ici une petite demi-heure ok ? Ouais ouais… je la mets en condition là…t’inquiète… c’est devenu une bonne pute tu verras…
Puis il raccrochât, me pris la tête pour me bourrer la gueule avec sa bite.
- Humm… aller vas-y salope dégorge moi bien le poireau…et applique toi bien comme une bonne petite pute…
Au bout de 10mn de suce il me largua tout son foutre que je ne pu avaler d’un seul coup tellement il y en avait, j’ai donc du en laisser dégouliner le long de ma bouche se qui n’était pas pour lui déplaire, puis il repartit a sa voiture me laissant attaché.
5 mn plus tard il revint avec un mec qui devais sans doute faire son jogging dans les parages car il était habillé en short et tee-shirt maculer de sueur, il s’approcha de moi descendit son short et me présenta sa queue.
- Aller vas-y salope… travaille…
J’ouvris donc la bouche et le suça.
- Humm… putain… c’est vrais que tu suce bien… tu va me faire jouir assez vite salope…
2 seconde plus tard il se retira de ma bouche pour se branler et me largua son foutre sur ma gueule tout en lâchant des…
- Han…han… putain ouiiiiii…….
Puis il se rhabilla, se retourna vers mon maître en lui disant merci et repartis.
Mon maître détachât la ficelle de l’arbre pour me reconduire à la voiture, et attachât la ficelle relié à mes couilles au levier de vitesse ce qui avait pour but de les étirés a chaque fois qu’il passait une vitesse.
½ heure après nous sommes arrivés devant une ferme, l’hôte de ces lieux attendait sur le perron dans une chaise longue, qui, en voyant la voiture arrivé se leva pour nous accueillir. Mon maître gara la voiture, détachât la ficelle du levier de vitesse et me fit sortir en me tirant par les couilles toujours attaché et me présenta a poil menotté devant son pote.
Apres de longues accolades entre eux sans faire attention a moi le mec dit à mon maître :
- Alors, c’est lui ton bâtard ?
- Oui c’est lui… et il est à notre service pour tout le W.E
- C’est parfait ça… aller… rentre et dis a ton esclave d’aller faire un peu de ménage…
Mon maître m’enleva les menottes, me détacha les couilles et m’envoya faire le ménage de la maison pendant qu’ils allaient discuter de leurs retrouvaille.
En effet la maison avait besoins d’un bon coup de nettoyage alors je me suis mis au travail balayant et nettoyant avec un bon coup d’eau de javel le sol.
Une fois fini je me suis présenté à eux en leur disant que j’avais terminé, alors mon maître me dit.
- Ok parfais, (et se retournant vers son pote lui dit) ça te dirais une petite gâterie en attendant l’apéro ?
- Ouaiiiii… ok…
Puis se retournant vers moi…
- Aller… a genoux et viens soulager mon pote…mais avant rend lui les honneurs qu’il mérite de nous recevoir…
Alors en bon esclave et chien obéissant je me suis mis a 4 pattes avancé vers son pote et lui ai retiré chaussure et chaussettes pour lui lécher les pieds avant qu’il ne me présente sa bite à sucer.
- Mouai !!!! pas mal ton esclave… tu l’as bien dressé a ce que je constate…voyons voir si elle suce bien ta pute… aller… vas-y prend ma bite dans ta bouche et tète bien…
Apres avoir sortie sa bite encore molle je l’enfournais dans ma bouche en rentrant ma langue dans son long prépuce pour y atteindre son gland, je sentais sa queue gonflé sous mes coups de langue qui prenais de bonne proportion et le suçais a mort afin qu’il puisse bien prendre son pied. Je l’entendais gémir tellement il y prenait du plaisir et m’envoya un puissant jet de foutre dans ma bouche en peu de temps.
Satisfait, mon maître m’envoya prendre une douche. Je suis donc monté à l’étage pris une bonne douche bien chaude me refaisant un lavement avant de remettre mon Plug que je n’avais pas quitté. Et une fois fait me suis représenter a eux ou j’ai dû leur servir l’apéro préparer le repas et mettre la table, curieusement je ne devais mettre que 2 couverts ce qui m’étonna, et qui me fit dire en moi-même (vont-il me laisser Agen tout le W.E ?) assis sur le canapé je leur ai servis l’apéro et pendant qu’ils buvaient ma position était d’être a leurs pieds, a genoux, les coudes au sol, le cul relever pour leur lécher de temps a autre leurs pieds.
Vint le moment de servir le repas, et lorsque les assiettes fut servie je devais me mettre sous la table et attendre tout en leurs léchant encore les pieds, je les entendais discuter de tout et de rien jusqu’au moment ou mon maître me dit.
- Suce moi salope…
J’ai donc dégrafé son pantalon, et pris sa bite dans ma bouche pour le sucer jusqu'à ce qu’il m’envoie sa purée dans ma bouche qu’il me força a avalé puis il m’ordonna d’aller sucer son pote, je me suis donc exécuter et avala une seconde fois un autre flot de foutre. Leurs couilles vider ils on fait comme si je n’existais pas et continuaient leurs conversation lorsqu’a un moment donné mon maître me posa son assiette par terre en me disant.
- Aller mange…
Je du manger leur reste de leurs assiettes (finalement je ne suis pas resté Agen)
La soirée bien arrosée se terminait et ils montaient se coucher pendant que moi je débarrassais la table et fit la vaisselle avant d’aller rejoindre mon maître dans sa chambre.
- Tu as été un bon petit esclave aujourd’hui, viens là que je te récompense.
Je me suis approcher de lui et tout en relevant les draps de son lit me dit d’une voix douce.
- Aller…viens me sucer la bite…
J’ai donc pris sa bite encore molle dans ma bouche pour la faire grossir puis il me demanda de me retourner, là il m’enleva mon Plug et me demanda de m’assoir sur sa queue, sa bite n’eu aucun mal a rentrée tellement mon cul était dilaté par le Plug, il me laboura le cul pour me saillir comme une chienne. Apres avoir repris son souffle il m’ordonna d’aller rejoindre son pote dans sa chambre et d’exécuter ses désirs. Je me suis donc rendu dans la chambre d’à coté. Visiblement le mec m’attendait car il était à poil sur son lit sa bite en semi érection et lorsque j’ouvris sa porte il prit sa queue dans sa main et me dit.
- Aller viens salope…
Je me suis donc approcher et le suça alors que ses doigts venaient fouiller mon cul engluer par le foutre de mon maître.
- Putain… t’es une vrais bonne salope toi hein… t’as vraiment un bon trou a bite… fou toi a 4 pattes... je vais t’engrosser comme une bonne chienne…
Mon cul déjà bien ouvert et lubrifier par le sperme de mon maître sa grosse bite n’eu aucun mal a rentrée car il me l’enfourna direct et me laboura le fion sans ménagement tout en me claquant les fesses de temps en temps.
- Ouai salope…. Bonne putain… tiens… prend ça… ho… putain…quel chatte tu as…t’es bonne toi tu sais…on voit que t’as d’ l’expérience question bites…ouai….hummmm ma salope…t’as le cul bien ouvert…je voie qu’t’as été bien dressé en bonne pute…j’adore les bonnes petite putain comme toi…hummmm…houaaaa…putain j’vais gicler salope…
Là il me prit par les cheveux me tirant la tête en arrière et me largua son foutre dans mon cul dans un grand râle de plaisir.
Il s’es retirer de mon cul, s’affala sur son lit et me dit.
- Aller…c’est bon casse toi maintenant…
Je suis donc repartis dans la chambre de mon maître, une couverture était installe par terre a mon intention et me suis coucher.
Le lendemain matin en guise de 1er petit déjeuner a été de boire le foutre de mon maître et de son pote que je du réveillé en les suçant.
Le W.E c’est passé comme le 1er jour, j’ai servi de larbin et de vide couilles, prenant mes repas sous la table et donnant ma bouche et mon cul a la demande.
Le retour je le fis à poil dans la voiture les couilles attacher au levier de vitesse et les mains menotté derrière le dos et bien sur mon Plug dans le cul.
J’ai franchement l’impression que maintenant je suis conditionné à n’être qu’une salope et une petite putain comme le veux mon maître…d’ailleurs, suite a ce W.E il ma donner un pseudo, mon nom sera dorénavant ''FLORIAN la salope ou la putain.''
Fin

Aucun commentaire: